C’est le temps de l’élection. Deux candidats s’affrontent. Les camps se polarisent, la pensée de chacun devient binaire : “ceux qui ne sont pas pour mon candidat sont contre moi”. Les appels au “vote utile” se multiplient. Quel que soit le vainqueur, la moitié des électeurs sera affreusement déçue et ne se sentira pas représentée. Elle attendra sa revanche et contestera toutes les actions du pouvoir… Ce scénario électoral, qui est devenue monnaie courante, n’est nullement une nécessité. La démocratieLIRE LA SUITE →